Upload image

 Je suis du Sud-Gironde.

. Vous trouverez ici mes créas, mes textes sur image, des textes à méditer, des actualités, des pétitions en particulier pour aider nos frères animaux.

À vous de feuilleter parmi les catégories. Vous trouverez de quoi rêver...ou râler!

N'hésitez pas à me laisser un petit mot, ils me font toujours un immense plaisir!!!!

Vous pouvez aussi me retrouver ici : http://roradat.canalblog.com/

S.V.P Blog sans tag ! Merci.

Abonnez-vous…

Le temps qui passe

Catégories

Les SouHkamis ♥

décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Météo

Merci pour votre visite

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Sac à dos en peluche – Wrap Poulet Basilic-Paracétamol

Rappel Sac à dos en peluche, wrap poulet basilic et quel bon antidouleur ?

Sac à dos en peluche

Image hébergée par servimg.com

La matière plastique des chaussures de l’ours contient du phtalate de di- (2-éthylhexyle) (DEHP) (valeur mesurée: 17,3% en poids). Ce phtalate peut nuire à la santé des enfants et causer d’éventuels dommages au système reproducteur. Le produit n’est pas conforme à la réglementation REACH.

Ne pas utiliser et rapporter au point de vente pour remboursement.

 Modèle 920080-978288

 Code-barres 3438159782886

Wrap Poulet Basilic de  MONOPRIX

Image hébergée par servimg.com

Suite à une inversion d’étiquette, l’emballage du wrap poulet basilic contient le wrap saumon.

Après comparaison des listes d’ingrédients, la présence de poisson et de moutarde ne figure pas sur la liste d’ingrédients.

Il est demandé aux personnes présentant une allergie à ces ingrédients de ne pas consommer le produit et de retourner au point de vente afin de connaître les modalités de retour.

 Code-barres  3350033061637

 DLC  au 29/04/2018

 

Paracétamol, ibuprofène ou aspirine : quel antidouleur est le moins toxique pour la santé ?

Le magazine 60 Millions de consommateurs publie ce jeudi un avis mitigé concernant les principaux antidouleurs que nous connaissons. Si certains sont à consommer avec modération, d’autres sont carrément à éviter.

Source clic sur image

Paracatémal, ibuprofène, aspirine… Le magazine 60 Millions de consommateurs publie ce jeudi un rapport bénéfice/risque d’une trentaine de traitements sans ordonnance que nous avons l’habitude d’utiliser.

Le paracétamol oui, mais avec modération

Selon l’association de défense des consommateurs, le paracétamol serait “le meilleur rapport bénéfice/risque” des antidouleurs examinés. Pour autant, alerte le professeur François Chast, de l’Académie nationale de pharmacie, ce “n’est pas un bonbon. À 3 g par jour, il est anodin. À 10 g par jour, il devient potentiellement mortel”.

Le mensuel recommande de n’en consommer que durant trois à cinq jours maximum et de privilégier la marque Dafalgan, le produit le moins dangereux et le plus efficace selon lui. Selon une nouvelle étude, prendre du paracétamol de manière prolongée quand on est enceinte expose également son futur enfant au risque de développer un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH) ou un trouble du spectre autistique (TSA).

Le Doliprane est moins bien noté par 60 Millions de consommateurs en raison de sa composition (gluten, lactose, sodium, saccharose, sorbitol et aspartame).

Doliprane et alcool

Le magazine met également les lecteurs en alerte concernant le mariage explosif du doliprane et de l’alcool.“Le problème de l’alcool, c’est que celui qui est métabolisé ou détoxifié par le foie, consomme l’usine à détoxification du paracétamol”, confirme François Chast, président honoraire de l’Académie nationale de pharmacie interrogé par France Info.

Et de poursuivre : “Les deux produits sont détoxifiés par les mêmes enzymes hépatiques, les mêmes types de mécanismes cellulaires. Et donc, à un moment, quand on a consommé trop d’alcool, on a épuisé ses chances de détoxification du paracétamol et il devient toxique pour le foie, au point qu’on peut avoir de véritables lyses hépatiques”.

L’ibuprofène en guise de deuxième choix

L’ibuprofène peut être utilisé en second choix : le magazine recommande l’Antaréne, l’Advil, le Nurofen et Spedifen. L’aspirine en revanche, engendrerait une toxicité rénale et hépatique, voire des risques de saignements gastro-intestinaux. En outre, tous les médicaments étudiés composés d’aspirine sont “à éviter”, insiste le mensuel. De même que l’Aspro Caféine qui est “à proscrire”.