Upload image

 Je suis du Sud-Gironde.

. Vous trouverez ici mes créas, mes textes sur image, des textes à méditer, des actualités, des pétitions en particulier pour aider nos frères animaux.

À vous de feuilleter parmi les catégories. Vous trouverez de quoi rêver...ou râler!

N'hésitez pas à me laisser un petit mot, ils me font toujours un immense plaisir!!!!

Vous pouvez aussi me retrouver ici : http://roradat.canalblog.com/

S.V.P Blog sans tag ! Merci.

Abonnez-vous…

Le temps qui passe

Catégories

Les SouHkamis ♥

décembre 2018
L M M J V S D
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Météo

Merci pour votre visite

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

eau-vie- naissance

L’eau….

Avant de courir dans la fureur des torrents,
l’eau des sources se marie à l’or du soleil,
elle rêve d’un lac endormi qui ne voudrait se réveiller
avant d’avoir touché le ciel.
Sans un mot, l’eau chante déjà la symphonie des larmes
qui coulent abreuver les montagnes pour que l’océan
ne connaisse jamais le désespoir des déserts.
Puis l’eau oublie.
Elle oublie le murmure du silence.
Elle oublie le charme des lacs, la saveur parfumée des
lunes et la fluidité des sources transparentes.
L’eau coule et rien ne l’arrête de couler, ni le flamboiement du soleil,
ni les cris des mouettes au-dessus des mers.
L’eau coule et se nourrit d’éloges sur la vigueur de son courant.
L’eau coule tant, si vite, qu’elle oublie de s’écouter couler et se repose enfin.
Elle rêve à nouveau de flotter dans le bleu du ciel.
Elle embrasse à nouveau les gouttes aquaphiles qui caressent son corps.
Sagement elle prie devant la nuit, les nuages floconneux qui lui ont offert la vie.
Elle respire, tendrement, doucement, les paires d’oxygène qui l’ont rendue à la mer.
Elle écoute enfin le chant des sources qui berçait ses rêves d’enfance.
Elle savait déjà s’accorder avec la virtuosité du vent et l’or fleurissant de la solitude, lorsqu’elle s’est suffisamment souvenue de ses instants de rêveries profondes où les vagues avaient cette émotion cosmique désirant séduire les poèmes pour soulager leurs cicatrices.

 L’eau s’aime à nouveau d’une nouvelle naissance et redevient eau.

(Auteur inconnu)