Upload image

 Je suis du Sud-Gironde.

. Vous trouverez ici mes créas, mes textes sur image, des textes à méditer, des actualités, des pétitions en particulier pour aider nos frères animaux.

À vous de feuilleter parmi les catégories. Vous trouverez de quoi rêver...ou râler!

N'hésitez pas à me laisser un petit mot, ils me font toujours un immense plaisir!!!!

Vous pouvez aussi me retrouver ici : http://roradat.canalblog.com/

S.V.P Blog sans tag ! Merci.

Abonnez-vous…

Le temps qui passe

Catégories

novembre 2017
L M M J V S D
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Météo

Merci pour votre visite

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Creas & textes sur images

19/11/17

 

.

Silence d’automne.

C’est le silence de l’automne
Où vibre un soleil, monotone
Dans la profondeur des cieux blancs …
Voici qu’à l’approche du givre
Les grands bois s’arrêtent de vivre
Et retiennent leurs cœurs tremblants.

Vois, le ciel vibre, monotone ;
C’est le silence de l’automne.

O forêt ! qu’ils sont loin les oiseaux d’autrefois
Et les murmures d’or des guêpes dans les bois !
Adieu, la vie immense et folle qui bourdonne !
Entends, dans cette paix qui comme toi frissonne,
Combien s’est ralenti le cœurs fougueux des bois
Et comme il bat, à coups dolents et monotones
Dans le silence de l’automne !

Fernand Gregh

La rose et l’oiseau. (Programmé)

 

 

 

Il était une fois, une rose qui poussait dans un lieu où la végétation était inexistante. Elle se sentait si seule, qu’elle restait un bouton!.
Un jour, un oiseau multicolore se posa sur elle et lui dit:

-Jolie rose, pourquoi n’ouvres-tu pas tes pétales comme les roses qui poussent de l’autre côté du jardin?

Je ne sais pas! je me sens inutile ici, et personne ne vient jamais me voir! Je me sens si triste, loin de mes sœurs les roses, qui m’ignorent et qui sont trop loin de moi pour pouvoir communiquer!

-Je peux te comprendre, dis l’oiseau, moi j’ai la chance de pouvoir voler et aller où je veux! Si tu le désires, je peux devenir ton porte-parole!
Je délivrerai tes messages à tes sœurs, et viendrai t’en donner les réponses en chantant auprès de toi! Ainsi, les humains, attirés par le chant, pourraient t’admirer!
Est-ce que cela pourra t’aider à t’épanouir?!

Ce serait merveilleux, dis la rose, maintenant je sais que j’ai un véritable ami! Envole-toi, et dis à mes sœurs que je leur envoie tout mon amour! …et que j’aimerais tout savoir de leur vie et partager leurs secrets!

L’oiseau s’envola et alla trouver les roses en gerbe, qui poussaient à l’autre bout du jardin.

– je viens vous voir de la part de votre soeur, la rose qui pousse dans un lieu délaissé, elle se sent très isolée, triste et inutile!

– Inutile??? s’exclamèrent les autres, mais c’est incroyable!
Cette rose est pour nous un exemple, nous l’avons toujours considérée comme « exceptionnelle »!
Dis-lui de notre part que depuis sa naissance, nous la reconnaissons comme la reine de toutes les roses de ce jardin, et que nous la respectons!

A ces mots, l’oiseau s’envola à tire d’aile pour retrouver la rose esseulée.

 

– Ne sois plus jamais triste, dit-il à son amie,. Sais-tu que pour tes sœurs, tu es unique?! c’est exceptionnel que tu aies pu pousser ici!
Tu enchantes ces lieux déserts, et tu es un exemple pour les autres!

Je suis un exemple ?!

-Oui! tu es un exemple de sagesse et de force !

Merci! dit la rose, Excuse-moi auprès de mes sœurs, pendant longtemps j’étais en attente d’une reconnaissance, je vivais l’injustice et la solitude.
Je n’avais pas compris que ces lieux déserts étaient plein de richesses et qu’ils m’avaient reconnue par ma beauté intérieure !

Puis, la rose s’épanouit au soleil, et offrit ses pétales multicolores.
Ils étaient aussi lumineux et intenses que les plumes de son ami l’oiseau… si étincelants, que ses sœurs purent la voir de loin et capter son message d’amour!

 

 

 

Et rien n’est plus beau justement, que la beauté intérieure, il faut juste savoir la découvrir…

 

Novembre en mon âme. (Programmé)

 

Il fait Novembre en mon âme

Rayures d’eau, longues feuilles couleur de brique,
Par mes plaines d’éternité comme il en tombe !
Et de la pluie et de la pluie et la réplique
D’un gros vent boursouflé qui gonfle et qui se bombe
Et qui tombe, rayé de pluie en de la pluie.
Il fait novembre en mon âme
Feuilles couleur de ma douleur, comme il en tombe !
Par mes plaines d’éternité, la pluie
Goutte à goutte, depuis quel temps, s’ennuie,
Il fait novembre en mon âme
Et c’est le vent du Nord qui clame
Comme une bête dans mon âme.
Feuilles couleur de lie et de douleur,
Par mes plaines et mes plaines comme il en tombe ;
Feuilles couleur de mes douleurs et de mes pleurs,
Comme il en tombe sur mon cœur !
Avec des loques de nuages,
Sur son pauvre œil d’aveugle
S’est enfoncé, dans l’ouragan qui meugle,
Le vieux soleil aveugle.
Il fait novembre en mon âme
Quelques osiers en des mares de limon veule
Et des cormorans d’encre en du brouillard,
Et puis leur cri qui s’entête, leur morne cri
Monotone, vers l’infini !
Il fait novembre en mon âme
Une barque pourrit dans l’eau,
Et l’eau, elle est d’acier, comme un couteau,
Et des saules vides flottent, à la dérive,
Lamentables, comme des trous sans dents en des gencives.
Il fait novembre en mon âme
Il fait novembre et le vent brame
Et c’est la pluie, à l’infini,
Et des nuages en voyages
Par les tournants au loin de mes parages
Il fait novembre en mon âme
Et c’est ma bête à moi qui clame,
Immortelle, dans mon âme !

Emile Verhaeren.

Programmé

Un air d’Asie.

 

 

 

.

12/11/2017