Upload image

 Je suis du Sud-Gironde.

. Vous trouverez ici mes créas, mes textes sur image, des textes à méditer, des actualités, des pétitions en particulier pour aider nos frères animaux.

À vous de feuilleter parmi les catégories. Vous trouverez de quoi rêver...ou râler!

N'hésitez pas à me laisser un petit mot, ils me font toujours un immense plaisir!!!!

Vous pouvez aussi me retrouver ici : http://roradat.canalblog.com/

S.V.P Blog sans tag ! Merci.

Abonnez-vous…

Le temps qui passe

Catégories

novembre 2017
L M M J V S D
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Météo

Merci pour votre visite

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Actualité &environnement

Les grues ont migré.

Peut-être les avez-vous vues ou entendues.

Ici elles sont passées en masse et pendant 2 jours !

Les grues cendrées prennent le départ direction l’Espagne ou le Maroc. Les oiseaux font leur migration annuelle pour passer l’hiver au soleil. Quelques retardataires ont pu être aperçus hier dans la réserve naturelle du Teich, en Gironde (33)

 Image de prévisualisation YouTube

 

 

VENU AU MONDE POUR MOURIR.

Je n’ai pas de nom, juste un numéro,

Je suis né dans une cage, entourée de béton,

Maintenant, je vis derrière les barreaux,

Sous la blafarde clarté d’une lumière au néon,

Je n’arrive plus à me lever, j’ai si mal dans mes os,

Les blancs vêtus passent sans même me regarder,

Quelque chose coule abondement de mon museau,

Ça brûle ! j’ai peur ! je ne peux plus respirer !

Mon corps est secoué par des spasmes incontrôlés,

J’entends le bruit strident d’un chariot métallique,

Ma gorge est paralysée, je ne peux plus avaler,

Ils s’acharnent encore sur ma carcasse rachitique,

La noirceur m’envahit, mes amis n’aboient plus,

Je dérive dans les méandres d’un brouillard glacial,

Dans cette souffrance, une caresse serait la bienvenue,

Mais dans cette forteresse, la solitude est banale,

Mon cœur se noie dans une rivière de tristesse,

Une odeur nauséabonde flotte autour de moi,

Je ne suis plus qu’un amas de puanteur en détresse,

Prenez moi dans vos bras, j’ai tellement froid !

Ils continuent à piquer mes pattes déjà mutilées,

Pourquoi n’entendent-ils pas mes pleurs,

Je n’arrive même plus à manger ma pâtée,

Je vais mourir sans avoir eu un instant de bonheur.

La lumière s’est éteinte, je n’aurai plus jamais peur.

Comme des milliers d’autres chiens, le n° matricule 11 925 L est mort sans jamais avoir vu le jour. Le quotidien de sa misérable vie se résume à la souffrance, entouré d’individus dépourvus de toute empathie.

LES VRAIS COUPABLES NE SONT MALHEUREUSEMENT PAS DERRIÈRE LES BARREAUX !

Pat. DF

Brisez l’omerta, Boycottez l’expérimentation animale

Les animaux ne sont pas des éprouvettes sur quatre pattes.

Pensez-vous que les animaux ressentent la souffrance, la tristesse, la peur, la solitude ?

La réponse est OUI, les animaux sont des êtres sentients.

Les histoires poignantes relatant des chiens ou des chats se laissant mourir d’ennuis et de chagrin sur la tombe de leur maître ne sont pas une fiction, c’est la réalité.

Cependant, certains chercheurs utilisent  ces pauvres bêtes pour des expériences scientifiques, alors qu’il est démontré qu’aucun animal n’est un modèle biologique pour l’homme. Chaque euro versé à la recherche animale représente un euro de moins pour développer ou pour perfectionner les méthodes pour remplacer les tests sur animaux.

Est-il encore acceptable de se donner bonne conscience en collectant des fonds qui vont subventionner la souffrance animale au nom de la recherche médicale ?

Ne vous laissez pas impressionner par un business savamment orchestré  par une hypermédiatisation.

Vidéo tournée par l’association PETA dans un département de l’école vétérinaire de Maison Alfort.

– Voir la vidéo
– English version

Récemment, une association a tenté de museler une pétition révélant des vérités apparemment dérangeantes.  Nous ne sommes pas dupes, les prises de consciences concernant ces abominations sont en nettes augmentations.

   Nous ne sommes pas tous des scientifiques, mais une chose est certaine, c’est que nous sommes capables de reconnaître un animal qui souffre, et nous, amis des animaux, nous disons  ASSEZ   STOP

L’expérimentation animale est également remise sur la sellette par une part grandissante des chercheurs eux-mêmes. C’est la raison pour laquelle le comité scientifique de l’association Antidote Europe exige la création d’une Commission d’enquête parlementaire pour débattre de ce sujet de façon approfondie.

N’oubliez pas de signer la pétition ci-dessous, elle est très importante.

 

Signez la pétition

ET  boycotter le téléthon qui,…. bof j’ai déjà dis et redis !

derrière la générosité il y a l’horreur  cachée….

 Les cris, les pleurs des animaux épouvantés, enfermés et torturés jusqu’à la mort. 

Alors qu’il est reconnu  scientifiquement qu’on ne peut pas extrapoler d’une espèce à un autre…..

 

 

 

 

 

Halloween.

 

         Halloween prend ses origines principalement en Irlande et en Écosse. A l’époque druidique c’était la fête Saman. Cette fête n’avait rien à voir avec ce qui est rattaché actuellement à Halloween.

C’était une fête haute en symbolisme spirituel

Voici ce qui est écrit sur un site druidique mais oups je ne sais plus lequel !:

Citation:
      Pour les Druides, c’est donc le début d’une nouvelle année, mais c’est un temps qui se situe hors du temps. A cette période, toutes les forces de la nature sont descendantes et convergent vers le centre de la Terre. Ce moment où tout meurt dans la nature est le mieux choisi pour se relier à la mort.
Saman est un moment particulier où le temps et l’espace, le monde visible et invisible communiquent. Il est consacré à la rencontre entre les habitants de ce monde et ceux du Sidh, l’Autre monde. Il faut distinguer l’Autre Monde de l’Au-delà.

      L’Autre Monde est un monde intermédiaire jouxtant souvent le nôtre. Ses habitants peuvent en sortir ou y entrer et même y inviter des humains. C’est le monde des dieux par opposition au monde des hommes. C’est un monde sacré dont les habitants sont immortels et qui peuvent se trouver n’importe où à n’importe quel moment.

    L’Au-delà est le monde mystérieux où vont tous les humains après leur mort et d’où personne ne revient.

       Cependant, la mort n’était crainte que dans l’acceptation de son enseignement. La crainte de la fin en apparence suscite la prise de conscience de la dualité de la vie, et cette prise de conscience représente le premier pas vers la quête de la Connaissance.
Le rituel a lieu la nuit. On symbolise le passage nécessaire par la mort en éteignant le feu, puis en le rallumant. Pendant ce moment où le feu est éteint et où on est plongé dans l’obscurité la plus complète, on peut ressentir et prendre conscience de l’absence de la Lumière, de la réalité et de la consistance de la Nuit, de notre nuit intérieure. Mais c’est aussi par le feu allumé dans l’obscurité que l’on peut percevoir notre Feu intérieur renaissant.
Le cérémonial de Saman vise aussi à honorer les Ancêtres et à établir un contact avec les disparus, considérés comme source de conseil, de sagesse et d’inspiration, car pour la traversée de la période obscure qui s’annonce, il nous faudra une lumière qui éclaire nos pas. C’est pourquoi, à cette période où la Porte est ouverte, nous pouvons solliciter d’être guidés par des Âmes supérieures. C’est également un moment propice pour apporter notre aide spirituelle à ceux qui ont quitté ce monde. Cependant, le cheminement des âmes défuntes dans le monde spirituel est fonction de l’état de conscience qu’elles ont atteint au cours de leur vie. Plus leur conscience a été coupée du monde spirituel, plus ils sont perdus. Leur attention est toute tournée vers la terre. C’est seulement de la terre qu’ils pourront être aidés à prendre leur envol vers les sphères spirituelles. Cependant, il est utile de préciser que dans ces deux cas (demande d’inspiration et aide), il s’agit bien d’une pratique spirituelle qui n’a rien à voir avec le spiritisme. D’autre part, le rituel de Saman étant particulier, il est traditionnellement réservé aux druides; il n’est pas ouvert à l’extérieur comme peuvent l’être, parfois, d’autres cérémonies.
Ce moment hors du temps est un seuil entre l’ancienne et la nouvelle année. Il nous permet de nous débarrasser de ce qui nous entrave, de nos « branches mortes ». Nous pouvons enterrer quelque chose qui symbolise ce dont nous voulons nous débarrasser ou bien faire le deuil. En retournant à la Terre, nos « branches mortes » retournent ainsi dans le grand cycle de la vie.

     Mais aujourd’hui, il y a parfois une mauvaise compréhension de la notion de « Faire le deuil ». Elle est souvent présentée comme une résignation fataliste, un renoncement ou une volonté délibérée d’oublier un événement douloureux; et de ce fait quelque chose qu’il faudrait plutôt éviter. Pourtant, « Faire son deuil » est l’acceptation consciente d’une des grande Loi de la Vie, celle qui fait que tout ce qui naît est appelé à mourir, qu’un jour nous perdrons des êtres chers, et que nous disparaîtrons nous-même à notre tour. C’est la première grande Loi à apprendre car toute l’orientation de notre vie dépend de la conception que nous nous faisons de la mort.
Saman est aussi une période de rupture, abolissant l’ordre et la structure du monde; et permettant au chaos de les mettre en valeur et de les rendre ainsi confortables psychologiquement. Dans le passé, cette période de libération et de désordre était aussi manifestée extérieurement: Les hommes s’habillaient en femme et inversement, les barrières des champs étaient démontées et jetées au fossé, on déplaçait les bêtes du voisin dans un autre pré, les enfants faisaient des facéties,… Il y a une survivance édulcorée et dénaturée de cette fête dans Halloween.
C’est le temps de la vieillesse, de la mort, des ancêtres. Cette période est placée sous le signe du Scorpion, signe de la mort et de la transformation.

C’est la religion catholique qui a chassé cette fête afin d’instaurer la fête de la Toussaint.

Actuellement Halloween est vue comme une fête d’origine Américaine, de plus elle a été surtout largement récupérée par le commercial.

 

Hebergeur d'image

 

 

Y avez-vous pensé ?

 À retarder montres et pendules d’1 heure.

YOUPI !!!!! ON RETARDE !

 

Changement d’heure.

Comme tout les derniers dimanches d’Octobre !

Il sera alors 2 heures du matin. Il faut donc retirer 60 minutes sur les montres.

À 3h00, il sera 2h00. Nous allons gagner une heure pour faire la grasse-matinée, c’est chouette, surtout en cette saison…

Sachez également que l’heure d’hiver ne correspond pas à l’heure » Normale » car cette dernière correspond à l’heure d’été.

 En Europe, actuellement,Il existe aussi des pays où l’heure d’été n’existe pas, comme certaines parties du Canada ou en Australie. ou  l’Islande certains pays ont déjà renoncé au changement d’heure c’est le cas de la Russie, de l’Égypte ou encore de la Tunisie.

Vous pouvez lire aussi ICI

 

Je sais que certaines personnes ne crieront pas « Youpi » comme moi ! mais retarder d’1 heure m’agrée totalement !  

Je n’ai jamais pu me faire à cette « idiotie » d’heure d’été !!

Pourquoi ne vit-on pas tout simplement à l’heure solaire ????

                 et chouette 1 h de plus à faire  dodo, rêver… ainsi oublier un  moment ses soucis…..  😆

 

 

.

Viande bovine tuberculeuse ?

Tuberculose : risque-t-on de retrouver de la viande contaminée dans nos assiettes ?
                                                                @ CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Chaque année, comme le souligne « Le Canard enchaîné », de nombreuses vaches porteuses de la tuberculose sont abattues. Si le danger pour le consommateur est moindre, l’enjeu financier est conséquent.

          Donné de manière brut, le chiffre a de quoi inquiéter. Selon Le Canard enchaîné, chaque année, 8.000 vaches sont diagnostiquées positives à la tuberculose, une maladie infectieuse qui atteint souvent les poumons. 3.000 tonnes de viande consommées chaque année seraient ainsi des parties issues de vaches contaminées, sans que le consommateur en soit informé (il n’existe aucune obligation d’étiquetage en France), assure le journal satirique, qui ne précise pas ses sources. Selon le palmipède, « assurément, le risque n’est pas nul » pour le consommateur, même si les cas de contamination sont « beaucoup plus rares que jadis ». Faut-il s’inquiéter de ces révélations ? Eléments de réponse.

Combien y a-t-il de vaches contaminées en France ?

         Le chiffre de 8.000 semble être une moyenne effectuée sur plusieurs années et basé sur le nombre d’abattages en France liés à la tuberculose. Ainsi, 7.300 bovins ont été abattus pour cette raison en 2013, et un peu plus de 10.000 en 2014. Toutefois, un bovin est abattu parce qu’il est suspecté, pas forcément parce qu’il est contaminé. En 2014, par exemple, sur les 10.000 bovins abattus, seuls 211 ont été confirmés avec certitude comme porteurs de la tuberculose.

        Au total, 190 troupeaux ont été concernés par ces abattages en France en 2014, soit seulement 0,09% du total des troupeaux français. Un seuil en dessous de celui fixé par l’Union européenne (0,1) et censé entraîner des mesures de surveillance supplémentaires et des restrictions à l’importation.

        Le nombre de foyers suspectés semble toutefois augmenter d’année en année, et les autorités sanitaires s’inquiètent de voir le seuil européen dépassé à l’avenir. Dans un rapport, l’Agence nationale  de sécurité sanitaire (Anses) recommande d’ailleurs d’accroître la surveillance et les politiques de régulation concernant les animaux sauvages, qui pourraient être la cause d’une hausse des cas. Blaireaux, cerfs, sangliers sont en effet autant d’animaux susceptibles d’être porteurs et de s’approcher du bétail. Et l’Anses préconise de les contrôler d’avantage, voire même de les vacciner si la maladie gagnait encore du terrain à l’avenir.

Existe-t-il un danger pour le consommateur ?

      En France, le risque de contamination à la tuberculose par voie alimentaire est très limité. Tout est fait pour qu’aucun morceau de viande contaminé ne se retrouve dans les rayons des supermarchés, même dans les cas où le morceau est issu d’une vache contaminée.

      Chaque troupeau est en effet systématiquement dépisté. Dès qu’une vache (non laitière) porteuse de tuberculose est abattue, les parties suspectées d’être contaminées sont écartées par un vétérinaire. Seules les parties identifiées comme saines à 100% sont conservées et destinées à la consommation. Si la carcasse est contaminée à au moins deux endroits, les vétérinaires ne se posent même pas la question : tout est jeté. La production de lait pasteurisé, quant à elle, ne présente aucun risque. Celle de lait cru est, elle, périodiquement contrôlée par les experts de l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire. Et le même type de contrôles est exigé des produits importés en France.

      Au motif que l’éleveur se fait indemniser par l’État pour ses bêtes tuberculeuses abattues, les gros négociants lui imposent des prix au rabais
 

       Le risque est-il nul pour autant ? Difficile à savoir, tant les études sont rares sur la question. Selon la dernière étude du Centre national de référence des Mycobactéries, seuls… sept cas de patients malades de la Mycobacterium bovis, la forme bovine de la tuberculose, ont été constatés en 2009. Mais le CNR n’est saisi que lorsque les cas de tuberculose ne sont pas identifiés par les médecins. Selon certaines sources de l’Anses et du ministère de l’agriculture, entre 50 et 100 personnes pourraient en réalité être infectées chaque année par la tuberculose bovine en France.

       Reste à savoir si ces personnes ont été contaminées récemment (la maladie pouvant rester bégnine pendant des années, avant de se déclarer à un âge avancé). S’il s’agit de consommateurs, d’éleveurs ou de vétérinaires. Et si elles ont été contaminées en France, ce dont doutent les autorités sanitaires françaises. En effet, si le risque est jugé « négligeable » en France par l’Anses, il l’est beaucoup moins dans certains pays, où le lait cru et la viande sont moins contrôlés. Chaque année, 147.000 patients atteints de la Mycobacterium bovis sont découverts dans le monde, dont près de la moitié en Afrique. Et alors qu’aucun mort n’a été formellement identifié en France, ils seraient 12.000 par an à en mourir dans le monde.

Le marché de viande tuberculeuse, une manne financière ?

Mais si l’enjeu sanitaire est moindre (en tout cas tant que les autorités sanitaires sont en mesure d’effectuer des contrôles efficaces), l’enjeu financier est, lui, bien plus conséquent. Selon Le Canard, la Direction générale de l’alimentation (DGAL) a dépensé environ 100 millions d’euros d’argent public en dix ans pour surveiller, traiter et contrôler la tuberculose bovine. Or, les premiers à en profiter sont… les industriels de l’agroalimentaire. « Au motif que l’éleveur se fait indemniser par l’Etat pour ses bêtes tuberculeuses abattues, les gros négociants lui imposent des prix au rabais », détaille le Palmipède. Et d’enchaîner : « Le kilo de carcasse, habituellement payé 3,50 euros, peut tomber à 1,50 euros ». Le hic ? Au rayon boucherie des supermarchés le consommateur paye, lui le prix fort. En clair, le consommateur ne profite jamais de ce rabais négocié par les géants de l’agroalimentaire et les distributeurs… et financé par de l’argent public. 

La tuberculose bovine

        La tuberculose bovine est une maladie animale chronique due à une bactérie appelée Mycobacterium bovis (M.bovis), étroitement apparentée à la bactérie responsable de la tuberculose humaine et aviaire.
La tuberculose est une maladie listée dans le Code sanitaire pour les animaux terrestres de lOrganisation mondiale de la santé animale (OIE), tout cas doit par conséquent être déclaré à l’OIE par le pays concerné.

La tuberculose bovine

      En France, plus de 99% des cas de tuberculose chez les humains sont dus à la souche humaine de la maladie (Mycobacterium tuberculosis).

      La fiche de l’Agence française de sécurité des aliments (AFSSA, désormais ANSES) présente de façon synthétique la maladie, les modes de transmission et la surveillance et le rôle des laboratoires nationaux de référence : Tuberculose des ruminants – AFSSA.

Pour en savoir plus (site Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt):

 

.

Adieu l’annuaire des nuls !

 Reçu de l’administratrice :

Oyé les Nuls !!!

Parce que toute chose a une fin

même les meilleures, je viens vous annoncer

que l’Annuaire pour les Nuls, change de propriétaire.

Il faut se rendre à l’évidence, que les visites et les échanges

se faisaient de plus en plus rares.

Je pense qu’il est temps pour moi de passer à autre chose.

je ne regrette pas les  années que j’ai passées

en votre belle compagnie. Pour la plupart, je vous croise ailleurs

et garderai le contact, parce que l’amitié, elle, est indestructible.

Je ne connais hélas pas les intentions du nouveau propriétaire

mais par contre je sais que la communauté va être dissoute.

Voilà il était important pour moi de vous tenir au courant.

Encore merci pour tout et bon vent les Nuls.

Domi.

 

        À tous et toutes qui ont voté pour moi tout au long de ces années me permettant de rester en haut de la liste !

 

 

.