Upload image

 Je suis du Sud-Gironde.

. Vous trouverez ici mes créas, mes textes sur image, des textes à méditer, des actualités, des pétitions en particulier pour aider nos frères animaux.

À vous de feuilleter parmi les catégories. Vous trouverez de quoi rêver...ou râler!

N'hésitez pas à me laisser un petit mot, ils me font toujours un immense plaisir!!!!

Vous pouvez aussi me retrouver ici : http://roradat.canalblog.com/

S.V.P Blog sans tag ! Merci.

Abonnez-vous…

Le temps qui passe

Catégories

Commentaires récents

septembre 2017
L M M J V S D
« Août    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

Votez pour moi.

Météo

Merci pour votre visite

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Actualité &environnement

Girafes blanches

      Pour la toute première fois, deux girafes blanches ont été filmées au Kenya. Atteintes de leucisme, une condition génétique qui confère la même couleur blanche aux tigres du Bengale, ce duo de choc a fait sensation auprès des amoureux de la faune sauvage. Une découverte étonnante.

        C’est une première mondiale. Ces images ont été filmées en juin dernier dans le comté de Garissa, à l’est du Kenya. Dans la réserve d’Ishaqbini, un villageois est tombé sur trois girafes. À sa grande surprise, deux d’entre elles (une mère et son petit) arboraient une couleur extrêmement pâle, proche du blanc. Regardez :

 

Image de prévisualisation YouTube

L’homme prévient alors un groupe de rangers spécialisé dans la protection des antilopes, qui se précipite afin d’immortaliser ce moment exceptionnel. Des images qui font, depuis, le tour du monde. En 2016, une girafe blanche avait déjà pu être photographiée en Tanzanie, mais pas filmée.

L’un des rangers s’est exprimé auprès du New York Times :

«Nous avons passé près de 20 minutes avec ces beaux animaux qu’on a eu le plaisir de pouvoir approcher pour prendre des vidéos et des photos. À notre grande surprise, une girafe de couleur normale tournait autour de la mère et son petit. Vous pouvez bien voir la différence.»

 

                                                               Source : Hirola Conservation Programme

       Le leucisme est une condition génétique rare qui atteint parfois certaines espèces animales. Il s’agit d’un déficit des cellules pigmentaires qu’il faut différencier de l’albinisme. Dans le cas du leucisme, les animaux n’ont pas les yeux rouges et certaines parties de leur corps sécrètent malgré tout de la mélanine.

       Bien que cette condition rende les animaux atteints de leucisme des proies plus visibles des prédateurs dans leur milieu naturel, ces deux girafes sont toutefois en sécurité loin des braconniers : elles vivent en effet dans une réserve protégée par deux associations du Programme de Conservation de l’antilope Hirola (HCP), associé à Rainforest Trust.

Espérons donc que ces animaux continueront de vivre librement et en paix.

 

 

 

 

 

Levothyrox : une victoire (temporaire)

Courrier reçu de la part de néo-nutrition

Chère lectrice,
Cher lecteur,

Nous avons remporté une nouvelle bataille !

La Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé que l’ancienne formule du Levothyrox serait de nouveau disponible dès la fin du mois de septembre. Notre démonstration de force a payé.

Mais le combat est loin d’être terminé.

Une victoire en trompe-l’œil

C’est un succès à nuancer. Précisons qu’il s’agit d’une solution temporaire et discriminante :

  • Temporaire : le laboratoire Merck reste convaincu que le nouveau Levothyrox est plus efficace. Il sera révisé pour ne plus provoquer d’effets secondaires, et remplacera à terme l’ancienne version. Celle-ci ne sera disponible « que pour quelques mois ».
  • Discriminante : l’ancien Levothyrox ne sera rendu disponible que sur prescription médicale, dans des quantités prévues pour moins de 10 000 patients – soit le nombre de plaintes d’effets secondaires.

Ces dispositions sont inquiétantes, et soulèvent des questions.

Et les autres malades ?

D’abord, pourquoi ne distribuer qu’aux malades s’étant plaints d’effets secondaires ?

Entre ceux qui n’ont rien dit, et ceux qui subiront ces effets plus tard, le nombre de victimes sera largement supérieur à 10 000 personnes.

Yves Rasir écrit dans sa lettre Néosanté :

« Ce qui me frappe le plus dans cette histoire, c’est que des tas de médecins n’ont pas cru les malades et qu’ils n’ont pas rapporté les effets indésirables qu’ils ressentaient, pourtant parfois très sévères. Il a fallu la création du numéro vert pour que les plaintes affluent et que l’ampleur du problème apparaisse. Autrement dit, le système de pharmacovigilance a démontré qu’il ne fonctionnait pas […].
Quand on sait que les médecins rapportent encore moins les effets nuisibles des vaccins, on peut en déduire que le système de vaccinovigilance n’est absolument pas fiable. Comme tout scandale médico-pharmaceutique, celui du Levothyrox va aider à ouvrir les yeux. »

La Ministre s’offre un sursis

Tout porte à penser qu’il s’agit d’une tentative de diversion de la part de la Ministre de la Santé.

Cette solution permet au gouvernement de gagner du temps et d’endiguer la colère des malades pour ne pas subir un désaveu complet.

Des stocks d’ancien Levothyrox qui réapparaissent soudainement !?

Ils nous avaient dit que c’était fini… que la production d’ancien Levothyrox avait été stoppée.

Et puis la Ministre déclare soudainement que l’ancien Levothyrox sera remis en circulation d’ici 2 semaines !

Ils sont forts pour trouver du Levothyrox disponible immédiatement ! Comment ont-ils fait ? On nous dit qu’il vient d’Allemagne, d’Italie…

Donc les patients allemands et italiens continuent d’utiliser l’ancien Levothyrox (sans problème)…

… Mais vous, Madame la Ministre, vous êtes pressée d’abandonner l’ancien Levothyrox.

Pourquoi tant de hâte ?

Expliquez-nous pourquoi cette expérimentation à grande échelle n’a lieu qu’en France ?

Et si le nouveau Levothyrox est si formidable, pourquoi aucun pays voisin ne se presse de l’offrir aux malades ?

Sans doute attendiez-vous de voir comment vos cobayes français allaient réagir…

Panique à l’Agence du Médicament

L’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) serait en train de négocier avec des laboratoires européens pour mettre sur le marché des alternatives au Levothyrox.

Il s’agit a priori d’une bonne nouvelle. Mais elle soulève une question : pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt ? Cela fait depuis mars 2017 que nos patients expérimentent le nouveau Levothyrox (avec les effets indésirables qu’on connaît).

Le Levothyrox est tout de même l’un trois médicaments les plus prescrits en France !

Et puis, en quelques heures, la Ministre a décidé de rendre disponible l’ancien Levothyrox. Tout semble si facile : alors pourquoi ne pas l’avoir fait avant ?

Le dernier souhait des condamnés aux effets secondaires

L’ancien Levothyrox sera remis en circulation pour « quelques mois ». C’est donc une bombe à retardement.

Autrefois, on appelait ça la dernière volonté d’un condamné. « Profitez de l’ancien Levothyrox une dernière fois avant d’être condamné aux effets indésirables de la nouvelle formule ».

Ne laissons pas la Ministre s’en sortir si facilement !

Mes craintes sont en train de se réaliser : dès que l’ancien Levothyrox sera réintroduit, la mobilisation faiblira… Et dans quelques mois la Ministre retirera l’ancien Levothyrox en douce…

Rien ne nous met à l’abri d’un prochain scandale !

La Ministre fait tout sauf « restaurer la confiance ».

Nous n’avons aucune raison de croire que les patients auront moins d’effets secondaires quand ils seront forcés d’avaler le nouveau Levothyrox dans quelques mois.

Laisser les patients dans une telle incertitude est intolérable ! 🙁

La Ministre nous doit des explications !

Nous attendons toujours des réponses à nos questions :

Pourquoi les études attestant la bio-équivalence entre l’ancien et le nouveau Levothyrox ont-elles été trafiquées [1] ? Allez-vous poursuivre les responsables ?

Pourquoi le nouveau Levothyrox n’est expérimenté qu’en France (et nulle part ailleurs) ?

Pourquoi ne pas avoir offert d’alternative aux patients (si ce n’est des gouttes pour enfants) ?

Avez-vous volontairement organisé une expérimentation à grande échelle ?

Pourquoi avoir ignoré la souffrance des patients ?

Pourquoi les avoir traités de malades imaginaires ?

Quand allez-vous leur présenter vos excuses ?

Allez-vous mettre en place des garde-fous pour empêcher qu’un tel scandale se reproduise ? Et pour empêcher que les Français soient à nouveau vendus comme cobayes à Big Pharma ?

Nous voulons la transparence. Vous avez des comptes à rendre au peuple !

Alors qu’elle est en position de faiblesse, la Ministre trouve soudain du Levothyrox pour les malades en colère, et organise des négociations avec d’autres laboratoires via l’ANSM. Cela ne fait aucun doute : La Ministre a la capacité d’accéder à nos requêtes.

Mais est-ce dans son intérêt ? Tout laisse à penser que notre santé n’est pas sa priorité…

La mobilisation ne doit surtout pas s’essouffler. Signez la pétition pour demander le retour PERMANENT de l’ancien Levothyrox en cliquant ici, et n’oubliez pas de la partager !

Bien à vous,

Eric Müller


Nouveau LEVOTHYROX : vraiment bioéquivalent ?

 

 

 

 

Prime de rentrée

Reçu et à partager m’a dit la personne  ! 😀

 

 

 

 

 

Glysophate dans les aliments.

Pâtes, céréales… Vous mangez des particules cancérigènes tous les jours

        Le Roundup fait encore parler de lui, enfin l’un de ses composants : le glyphosate. Cette substance, classée « cancérigène probable » par l’OMS en 2015, a été détectée dans des produits alimentaires vendus en grande surface par une ONG française.

Des microdoses, un macro-problème

L’analyse a porté sur une trentaine d’échantillons : 18 de céréales (petit-déjeuner, pâtes, pains secs…) et 12 de légumineuses sèches, tous achetés en supermarché. C’est lorsque les résultats sont tombés que les craintes de l’ONG ont pris corps. Sur les 30 produits testés, 16 étaient contaminés : 7 céréales sur 8 (soit 87,5 %), 7 légumineuses sur 12 (soit 58,3 %), et 2 pâtes sur 7 (28,5 %). Les membres de l’ONG ont même détecté de l’AMPA – un produit de dégradation propre au glyphosate – dans des boîtes de lentilles et de pois chiches !

En Juillet 2017, contre toutes attentes, la Commission Européenne a proposé le renouvellement de la licence du glyphosate – alors même qu’elle arrivait à expiration ! La nocivité de cette substance n’étant un secret pour personne, parlementaires comme citoyens, l’on comprend mal comment une institution, supposée garantir la sécurité des Européens, ait préféré servir les intérêts d’une multinationale aussi sulfureuse que Monsanto – producteur officiel du Roundup – plutôt que l’intérêt général.

La France a d’ores et déjà annoncé qu’elle voterait contre la proposition de la Commission Européenne. Reste à savoir si les autres pays membres suivront eux aussi la voie de la raison…

  • 18 échantillons à base de céréales : 8 céréales pour le petit déjeuner, 7 pâtes alimentaires, 3 autres (petits pains secs, biscottes)
  • 12 échantillons de légumineuses sèches : 7 lentilles, 2 pois chiches, 2 haricots secs, 1 pois cassé.

Les résultats de l’enquête. 16 échantillons sur 30 contenaient du glyphosate, soit 53,3%.

  • 7 céréales de petit déjeuner sur 8 analysées en contiennent (soit 87.5%).
  • 7 légumineuses sur 12 analysées en contiennent (soit 58.3%)
  • 2 pâtes alimentaires sur 7 en contiennent (soit 28,5%)
  • Aucun des 3 autres produits à base de céréales (petits pains secs, biscottes) n’en contenaient.
  • 3 échantillons contenaient aussi de l’AMPA – produit de dégradation du glyphosate –soit 10% du total.

« Comme le montre notre enquête, la présence de résidus de glyphosate, parfois accompagnés de la présence du métabolite AMPA, est fréquente dans les aliments ciblés. Elle permet, pour une part sans doute importante, d’expliquer la contamination de l’ensemble des personnes testées pour le glyphosate, telle que mise en évidence dans nos recherches du glyphosate dans les urines d’avril 2017 ! » déclare François Veillerette, porte-parole et Directeur de Générations Futures. « Il y a donc urgence pour l’Union européenne de renoncer à l’usage de cette molécule classée cancérogène probable par le CIRC et de faire évoluer en profondeur son modèle agricole devenu trop dépendant des pesticides de synthèse. La France s’est exprimée par les voix de Messieurs Hulot et Philippe contre la ré-autorisation du glyphosate. Elle devra convaincre d’ici les 5 et 6 octobre – dates du prochain comité SCOPAFF – d’autres Etats Membres de la rejoindre dans son opposition à la ré-autorisation de cet herbicide. » conclut-il.

Téléchargez le rapport :Rapport glyphosate 2: analyses d’aliments

La presse en parle

Source

Lévothyrox : Aurions-nous gagné ??

L’ancien Levothyrox sera « accessible » dans 15 jours, des médicaments alternatifs disponibles « dans un mois »

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, était l’invitée de France Inter, vendredi. Une cinquantaine de nouvelles plaintes de patients, se plaignant d’effets secondaires depuis la commercialisation de la nouvelle formule, ont été déposées au parquet de Paris, jeudi.

L\'ancienne formule du Levothyrox va être remise sur le marché dans 15 jours, a annoncé la ministre de la Santé le 15 septembre 2017.clic sur image.
L’ancienne formule du Levothyrox va être remise sur le marché dans 15 jours, a annoncé la ministre de la Santé le 15 septembre 2017. (LAURENT FERRIERE / HANS LUCAS)

avatar

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le 15/09/2017 |

L’ancien Levothyrox sera  « accessible » dans 15 jours et des médicaments alternatifs, « c’est-à-dire d’autres marques, d’autres médicaments », seront mis sur le marché « dans un mois », annonce sur France Inter la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, vendredi 15 septembre. Une cinquantaine de nouvelles plaintes de patients, se plaignant d’effets secondaires depuis la commercialisation de la nouvelle formule, ont été déposées au parquet de Paris, jeudi. 

.@agnesbuzyn : « J’ai demandé que l’ancien soit accessible, et dans un mois, nous aurons une alternative »

« Ce qui compte c’est que le patient ait le choix »

« J’ai reçu les associations de malades la semaine dernière, vendredi dernier exactement. Je leur ai dit que nous mettions tout en œuvre pour qu’ils aient des alternatives thérapeutiques, a-t-elle ajouté. Déjà depuis toujours il existe une alternative en gouttes *, auxquelles les malades ont accès. Ensuite, j’ai demandé à l’Agence du médicament que l’ancien Lévothyrox soit accessible de façon à ce que ceux qui le réclament puissent le prendre. Ce sera disponible dans 15 jours. »

« Enfin, dans un mois, nous aurons des alternatives, c’est-à-dire d’autres marques, d’autres médicaments qui permettront aux patients progressivement de choisir le médicament qui leur convient le mieux. (…) Ce qui compte, c’est que le patient ait le choix », a conclu la ministre de la Santé.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait fait état de 9 000 signalements d’effets indésirables par les patients prenant ce médicament. La nouvelle formule du Lévothyrox, un médicament pour la thyroïde, a été mise sur le marché à la fin mars. L’Agence du médicament l’avait réclamée au laboratoire Merck Serono dès 2012 afin, selon elle, de rendre le produit plus stable.

Combien de temps faudra-t’il pour s’en remettre ???

*Gouttes réservées aux enfants et personnes ayant un problème de déglutition

 

La justice a ouvert, vendredi 15 septembre, une enquête confiée à des magistrats marseillais, après les multiples plaintes de malades de la thyroïde, dénonçant les effets secondaires d’une nouvelle formule du Levothyrox. Le siège français du laboratoire allemand Merck, qui produit ce médicament vendu à plus de trois millions de patients français, se trouve à Lyon. C’est-à-dire dans la zone de compétence du pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Marseille.

 

 

 

 

 

 

 

 

La météo dans sa tasse ?!

Il ne s’agit pas du célèbre art divinatoire consistant à « déchiffrer » le marc de café mais plutôt de transformer provisoirement sa boisson chaude en baromètre de base.

 

Contrairement aux techniques privilégiées par la cafédomancie, l’analyse du café se portera ici sur le mouvement des bulles.Hebergeur d'image.

Comment procéder :

Commencez par verser le café dans une tasse et ajoutez-y éventuellement du lait et du sucre pour générer plus de bulles et donc faciliter l’observation. Toutefois, comme le souligne le site instructables.com, un café noir, un thé ou un cacao feront aussi bien l’affaire du moment que la boisson est chaude.

Si les bulles s’écartent rapidement du centre pour s’amonceler tout autour de la tasse, c’est bon signe: la météo devrait rester au beau fixe pour les douze prochaines heures. Si elles quittent le centre plus lentement, des précipitations de courte durée sont à prévoir.

En revanche, si les bulles se regroupent au centre de votre tasse, préparez votre imperméable car ce phénomène, anodin jusqu’alors, est un signe annonciateur de pluie.

Ce procédé serait fréquemment utilisé par les randonneurs.

Bon à savoir en cas de perte de signal… (ou pour impressionner la galerie).

 

Ce n’est ni de la magie, ni de la télékinésie.

Tout s’explique par le niveau de pression atmosphérique.

 

Si cette pression est élevée, celle-ci va pousser les bulles vers les extrémités de la tasse et indiquer une période ensoleillée, un temps calme et plat.

Au contraire, la basse pression ne sera pas en mesure de faire réagir les bulles, et sur le plan météorologique, la basse pression est souvent synonyme de temps instable : c’est la fameuse dépression !

 

 

 

Source

Lévothyrox 1 compte rendu.

  COMPTE RENDU ;

Pétition : Contre le nouveau Levothyrox dangereux pour les patients !

Contre le nouveau Levothyrox dangereux pour les patients !

Auteur : Sylvie Robache.

Créé le 24/06/2017

Retour à la pétition

Le 13/09/2017Bonjour à tous,

L’Association Française des Malades de la Thyroïde m’a nommé membre d’honneur. Je remercie Madame Chantal L’Hoir, fondatrice de l’AFMT ainsi que les membres de l’Association de cet honneur qu’ils me font. À ce titre, je vous informe des derniers évènements de cette crise majeure.

Journée du 8 septembre

11h Paris – Assemblée nationale – Rassemblement est conférence de presse avec le soutien d’Annie DUPEREY
Des malades ainsi que des personnalités du monde médicale, politique et juridique se sont rassemblées pour demander l’abandon de la nouvelle formule du médicament pour la thyroïde Levothyrox, qu’elles accusent de provoquer d’importants effets secondaires. De nombreux journalistes étaient présent lors de ce rassemblement. Cliquez pour voir le compte rendu de cette journée

17h30 Rendez-vous chez la ministre Agnès BUZYN
Nous nous trouvions dans le bureau de la Ministre des membres de l’AFMT en compagnie de Anny Duperey, de notre conseillère juridique Maître Marie Odile Bertella Geffroy, en sachant que nos conseillers scientifiques avaient été refusés à la dernière minute.  

Les points abordés :

1) Élargissement du choix de possibilité des produits à base de thyroxine afin d’éviter le monopole de la firme Merck
2) Élargissement de la distribution des gouttes de Serb aux personnes fragiles en général qui le nécessite comme solution d’attente
3) Dans le choix des produits se trouvera l’ancienne formule de Merck sous forme de générique et cela dans un délai de quelques semaines.

Réaction de Chantal L’Hoir, fondatrice de l’AFMT quelques jours plus tard suite à la déclaration sur RTL,  le 13 septembre de la ministre « il n’y a pas de fraude de complot il faut un re dosage dans le temps qui s’estompera avec le traitement ! »
Le langage que tient madame la Ministre nous laisse dubitatif sur la réalité… De nombreuses pharmacies nous disent n’avoir reçu aucune consigne Ministérielle concernant le L thyroxine goutte élargie aux personnes les plus fragiles en général ? L’urgence demandée sur un médicament remplaçant l’ancienne formule à l’identique.  Alors que vous aviez reconnu la gravité pour au moins 1500 cas recensés. Nous ne pouvons pas accepter ces propos que nous considérons comme une tromperie.
Cliquez pour voir la réaction sur le site de l’AFMT « Madame Buzyn nous aurait-elle menti ? »

Une plainte collective sera donc déposée
L’avocate et ancienne magistrate Marie-Odile Bertella-Geffroyet a accepté de devenir le conseil juridique à la demande de l’Association Française des Malades de la Thyroïde.
Elle portera une plainte collective auprès du parquet du pôle de santé publique. cette plainte sera déposée « la semaine prochaine », pour ces trois motifs :

– mise en danger de la vie d’autrui ;   
– atteinte à l’intégrité physique ;
– non-assistance à personne en danger.

Pour ceux qui souhaite porter la plainte collective, Pour participer à la plainte collective cliquez ici

Affaire à suivre donc !

Pour info,  je me propose de rencontrer les personnes des Hauts de France qui le souhaiteront, le 20 de chaque mois à partir de 15h30, dans le café « L’Eurostar », qui se trouve en face de la gare d’Arras.

Courage à tous !
Sylvie Robache

 

La suite ici : Continuer la lecture