Upload image

 Je suis du Sud-Gironde.

. Vous trouverez ici mes créas, mes textes sur image, des textes à méditer, des actualités, des pétitions en particulier pour aider nos frères animaux.

À vous de feuilleter parmi les catégories. Vous trouverez de quoi rêver...ou râler!

N'hésitez pas à me laisser un petit mot, ils me font toujours un immense plaisir!!!!

Vous pouvez aussi me retrouver ici : http://roradat.canalblog.com/

S.V.P Blog sans tag ! Merci.

Abonnez-vous…

Le temps qui passe

Catégories

Commentaires récents

août 2017
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Météo

Merci pour votre visite

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

Archives quotidiennes : 8 août 2017

Trio.

Avec un coquillage….

 

Coller son oreille à un coquillage que l’on soit petits ou grands, tous nous l’avons déjà fait !  Cela pour entendre le bruit de la mer et nous rappeler un peu la douceur des vacances.

Mais est-ce vraiment le souvenir de son environnement d’origine que nous restitue le coquillage ?

Est-il possible qu’un coquillage garde en mémoire le bruit des vagues sur la jetée ?

La réponse est simple seulement elle  va décevoir les plus romantiques. Cela n’est tout simplement pas possible. Les sons que nous percevons lorsque nous collons notre oreille à un coquillage ne sont  pas ceux de la mer.

En réalité, le coquillage – comme d’ailleurs tout objet cylindrique creux et fermé – fait caisse de résonance. En d’autres termes, il amplifie les sons qui le pénètrent. Ceux qui arrivent à l’ouverture de la cavité se réfléchissent sur les parois plus ou moins lisses et dures du coquillage. Et selon la forme et les dimensions de celui-ci, le son perçu par notre oreille sera différent. Ainsi, sera-t-il plus grave pour une cavité plus importante.

 

Les coquillages amplifient le son de la vie

Quant à l’origine de ce bruit qui se répercute sur les parois du coquillage alors qu’il est collé à notre oreille, elle est attribuée à notre propre circulation sanguine, nous l’entendons d’autant mieux que le geste isole quelque peu notre oreille des bruits de l’extérieur. Il suffit par ailleurs d’éloigner ou de rapprocher le coquillage de notre oreille pour provoquer des variations de ce ronronnement régulier.

Si ce bourdonnement nous rappelle le son de la mer, c’est sans doute par association d’idées. Finalement, c’est le coquillage qui nous ramène à nos vacances.  Sachez que l’expérience peut aussi bien être vécue en accolant un simple verre à moutarde à votre oreille ou juste votre main. Les personnes souffrant d’acouphènes pulsatiles — dus à une hypertension artérielle, à un souffle au cœur ou à une inflammation de l’oreille — entendent, quant à elles, ces bruits en permanence.( Là c’est moins agréable 🙁 )